Plan de mobilité scolaire (PMS)



EXPOSÉ DES MOTIFS


Un article du journal Le Courrier cet été a mis en évidence que de plus en plus de communes se lancent dans un plan de mobilité scolaire, conformément à la fiche 6.3 du Plan d’actions de la mobilité douce 2015-2018 du Canton.

Un tel plan de mobilité vise à sécuriser, là où cela est encore nécessaire, le chemin de l’école pour les élèves. Il se compose d’un diagnostic élaboré avec les enfants eux-mêmes, les parents d’élèves, les enseignants, le personnel du parascolaire, la police municipale et avec l’aide d’un spécialiste. Il permet entre autres d’être également attentif aux dangers potentiels lorsque les patrouilleuses scolaires ne sont plus présentes, par exemple à l’heure où les enfants quittent les activités du parascolaire.

Ce diagnostic, basé sur des questionnaires différents pour les enfants et les parents, permet de déterminer quels chemins empruntent réellement les enfants pour venir à l’école et quels sont les endroits où ils se sentent en insécurité ou de comprendre l’appréhension des parents qui amènent systématiquement leurs enfants en voiture à l’école. Ces PMS ne sont pas des outils technocratiques mais des dispositifs concrets élaborés avec tous les intervenants.

Suite à cette étude de situation, les autorités communales, avec la DGT en appui, proposent des adaptations permettant de sécuriser les éventuels points noirs du chemin scolaire ou parfois simplement mettent en place une campagne spécifique d’information qui permet de sensibiliser autant les enfants que les parents sur le bon comportement à avoir en un lieu ou une situation précise. Le partenariat avec les enseignants et la brigade de prévention et d’éducation routière est un élément important pour l’amélioration des comportements.

Il faut reconnaitre que la Commune n’a pas attendu le plan d’action cantonal pour se soucier de cette problématique et régler déjà au cas par cas les situations délicates, comme cela a été le cas récemment vers le passage piéton à l’Avenue Tronchet devant l’école Marcelly.

Toutefois, nous avions déjà relevé en 2017 que le chemin emprunté par les enfants entre Marcelly et le secteur Etienne-Chennaz/Chemin du Foron pose un problème le long de la salle des fêtes. Nous pourrions également citer le stationnement sur les trottoirs le soir vers 18h des parents venant chercher leurs enfants à la crèche ou au parascolaire ou le stationnement et les manœuvres dangereuses au Chemin du Bois-des- Arts.

Cette motion vise donc à faire un diagnostic afin de sécuriser le chemin de l’école et encourager les déplacements à pieds pour s’y rendre, tout en étant conscients que certains jours de la semaine, les parents n’ont pas forcément d’autres choix que de venir chercher leurs enfants en véhicules pour différentes raisons de planning et d’activités. Notre souhait est de permettre que cela se fasse en toute sécurité. Meyrin et la Ville de Genève entre autres ont déjà quelques expériences positives et nos communes voisines de Chêne-Bourg et Chêne-Bougeries mais aussi Vernier et Plan-les-Ouates viennent de voter la création de tels plans de mobilité.

Nous vous remercions de réserver un bon accueil à cette motion et d’accepter son renvoi en Commission Ecoles et jeunesse.

MOTION



le Conseil municipal, sur proposition du PDC, invite la commission Ecoles et jeunesse à :
La motion a été approuvée à l'unanimité par le Conseil Municipal.


déposé par Philippe Calame et Bruno Da Silva


Retour à www.pdc-thonex.ch